Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 22:05

Voilà, alors que bon nombre de mes collègues en vélo couché ont fait et validé leur brevet de 400km, avant-dernier brevet qualificatif pour le Paris-Brest-Paris, je m'élance un peu en retard pour le mien, avec le club organisateur d'Angers...

2 départs étaient proposés : l'un à 16h le samedi et l'autre à 4h du matin le dimanche...

N'ayant pas envie de passer toute ma nuit sur le vélo et de profiter un peu du paysage, j'ai décidé de prendre le départ matinal, quitte à passer une nuit courte avant...

Et j'emmène avec moi un ami du club qui se remet à apprécier la longue distance après avoir déjà fait 2 PBP dans les années 90.

Je suis très content d'avoir sa compagnie et de retrouver le couple qui organise les brevets d'Angers, Jean-Claude Chabirand et sa femme Nicole, de par leur gentillesse et leur accessibilité (malgré leur palmarès impressionnnant en épreuves longue distance).

Ils partiront en tandem cette fois et je crois bien que j'essaierai de les suivre. Autant que je me souvienne, leur rythme est très bon et ils connaissent les parcours dans le moindre détail.

 

  BRM400Le parcours du brevet, contournant Rennes, et reprenant une partie du Paris-Brest-Paris

 

Donc dimanche matin, le réveil sonne à 1h50 du matin : dur, dur, d'autant que les nuits précédentes étaient agitées du fait de l'anxiété de la distance à parcourir et de l'appréhension du comportement du tout nouveau vélo : c'est un peu hasardeux de partir pour de si longs kilomètres alors que j'ai à peine fini de régler ma position... On verra mais bon...

 

Je mange des tranches de pain d'épices dan la voiture sur la route pour caler un peu l'estomac...

Et je rejoins mon copain Dédé au péage de Cholet avant de prendre la direction d'Angers, au vélodrome, lieu de départ, et suivre mon téléphone-GPS qui me lâchera un peu au passage de la Loire. Arghh... C'est par où ??? Put... de technologie. Je hais les smartphones !! ("Smart", mon oeil !! ).

 

Vélodrome... On y est...

Débarquement des vélos... On s'équipe...

Vérification des éclairages et du gilet réfléchissant obligatoires.

Mer..., j'ai oublié mes petits sandwiches dans le frigo à la maison !!! C'est pas très grave mais en général c'est un peu de réconfort de manger ce qu'on aime. On se ravitaillera dans les boulangeries dans la matinée en même temps qu'on pointera.

On récupère nos carnets de route au local des Randonneurs Cyclos d'Anjou. J'y salue Jean-Claude et Nicole... Je reconnais également quelques autres cyclos (y'a 4 ans, sur les autres brevets du PBP). Nous sommes une grosse trentaine à ce départ... Ils étaient 63 la veille.

 

BRM400-01Dédé, alors qu'on vient d'enlever les vélos du coffre

 

4H pétantes, le départ est donné. Nous croisons quelques policiers dans les rues d'Angers avant de sortir dans la campagne... La lune descendante nous accompagne. La température est assez douce 11-12°C mais le vent souffle déjà. Dans les roues, c'est très peu sensible, mais dès qu'on met le nez à la fenêtre, on se dit que les premiers doivent en baver un peu. Pourtant la vitesse est très élevée : ça maintient du 30-35 km/h tout le temps, trop rapide... Il faut être concentré sur les roues de devant, éviter les écarts et les chutes possibles en groupe...

Le tandem, plus sage, laisse partir le paquet des costauds... Je me ravise aussitôt, voulant rester avec eux et je dis à Dédé de rester là aussi parce qu'on est sûr de ralier l'arrivée sans problème avec eux, régulièrement mais sans perte de temps... Sur la trentaine, on ne se retrouve plus qu'à 6, et on voit le groupe avec ses petits feux rouges s'éloigner peu à peu dans l'obscurité des lignes droites de Segré.

Je suis assez content, malgré le faible aérodynamisme de mon vélo par rapport à mon ancien, il grimpe très bien les petites bosses et les réglages que j'avais pu faire sont pas mal du tout, en tous cas, beaucoup mieux qu'au début... Je tape toujours un peu les cuisses contre le guidon mais c'est très supportable pour le moment (j'ai des petits bleus de reste de mes premières sorties). Mon éclairage est toujours aussi performant et ça c'est super !! J'éclaire pour les autres.

Certains lâchent le groupe de tête ou se trompent de route et on finit par en récupérer quelques uns au fil des kilomètres, dont François, le moustachu de Beaupréau, pressé d'arriver chez lui le soir parce qu'il avait du monde à manger =)). Malheureusement, lui et son collègue de club se ont plantés de chemin et ont fait 9 kilomètres supplémentaires et surtout perdu pas loin de 20 minutes. On les voit revenir par l'arrière ?!?

 

Les 80 premiers kilomètres sont avalés très vite et le jour est déjà levé... Premier contrôle à la Guerche-de-Bretagne. Et il faut faire vite : 10 minutes d'arrêt, le temps de tamponner le carnet de route dans une boulangerie, d'acheter 2 pains en chocolat, de se dévêtir un peu, de se soulager un peu la vessie...

"30 secondes et on repart !!!!" crie Jean-Claude...

Le tandem repart !!! Pas le temps de manger, je suis obligé de planquer mes pains en chocolat dans ma sacoche de fortune... Dire que je ne pourrai pas aller chercher ça dans mon sac en roulant parce que j'ai encore du mal à lâcher le guidon (pareil pour boire !! : pas terrible).

Les kilomètres s'enchâinent toujours assez vite... On roule à une moyenne de 27,5 km/h quasiment jusqu'à Sens-de-Bretagne, au kilomètre 140... 15 minutes d'arrêt cette fois, à cause (grâce à) la crevaison d'un gars, Dédé lui donne un coup de main : j'en profite pour me gaver de pains en chocolat et boire un peu plus.

Le groupe grossit avec des attardés du premier groupe qui veulent rester avec nous.

On reprend les routes du Paris-Brest-Paris. Je reconnais quelques endroits, fréquentés aussi dans d'autres brevets ou tout seul... Tinténiac, Bécherel, St Méen le Grand, patrie de Louison Bobet...

Contrôle à Illifaut : 20 minutes d'arrêt à peine. J'achète un paquet de gâteau Prince de Lu et une bouteille d'Oasis à l'orange, dans une boulangerie/épicerie, histoire de mettre dans mes bidons. J'en donne un peu à Dédé... La moitié du parcours est faite et il est 12h40. Le soleil brille et il fait presque chaud avec le vent qu'on va avoir de dos désormais pour rentrer... Que du bonheur

 

BRM400-02Petit Prince de LU, la diététique de l'effort selon moi... ou "Comment mal s'alimenter pendant un brevet de 400km" =))

 

Je commence à prendre un peu d'assurance avec le vélo, à pouvoir lâcher le guidon pour prendre mon bidon gauche (énorme confort : plus besoin de s'arrêter pour pouvoir et devoir chasser le groupe ensuite, même si le vélo a une pêche formidable).

D'Illifaut, on oblique Sud-Est vers Paimpont, Maure-de-Bretagne, Pipriac...

Dans un bled, à un petit croisement, un abruti en voiture s'arrête et nous coupe la route alors qu'on arrive à 5 mètres, à faible vitesse heureusement. On gueule parce qu'il nous a fait une de ces peurs...

"Priorité à droite, connards !!" nous lance t'il méchamment.

Pfff... Ok, on n'avait pas vu... La prochaine fois, qu'il n'hésite pas à écraser un piéton s'il traverse en dehors des pasages cloutés...

 

Contrôle à Guémené-Penfao et 10 minutes d'arrêt, On est entré sur des routes de Loire-Atlantique que je connais un peu, pas toujours les meilleures ni les mieux fréquentées (en terme de comportement automobile)...

Le tandem de Jean-Claude et Nicole accuse un peu le coup dans les bosses. Nicole a sommeil, me demande de chanter en souvenir des brevets de nuit... Pas trop envie et j'ose pas trop... Tout le monde n'aime pas Sardou ...

C'est là qu'on observe les gros écarts entre les niveau de chacun : les bosses sont révélatrices : certains s'envolent, d'autres sont scotchées mais ça se recolle, ça s'attend...  Notamment 2 gars des Rosiers sur Loire (l'un a fait le Paris-Pékin en vélo, très sympa, à l'accent un peu traînant à la Philippe Manoeuvre), les 2 gars de Beaupréau... On reste avec le tandem...

Dernier contrôle à Belligné et c'est une dame qui nous tamponne nos carnets, elle recevait du monde et était dehors, devant son commerce fermé... Aucun bar d'ouvert à 18h45 ce soir...

Encore 40 kilomètres et c'est fini. J'observe les autres cyclos se relever de leur selle pour se soulager le séant ou déchausser pour essayer de faire circuler un peu le sang dans les pieds ("le feu" au pied, surtout quand la température est élevée : le sang circule mal dans une chaussure de vélo et stagne un peu... Sur mon vélo, c'est au talon que ça me fait mal, dû à la position différente. Il suffit de marcher un peu pour que ça disparaisse).

Je peux m'arrêter faire pipi de temps à autre et chasser ensuite, j'ai la frite : les jambes répondent et le vélo réagit au poil...!!

 

Angers s'approche... Saint Jean de Linière et on est dans la Banlieue...

Heureusement bien guidés par le tandem, nous n'avons pas à chercher notre route et le vélodrome est en vue à 20h40... Sandwich aux rillettes, coca, petite photo souvenir et il faut repartir...Content de ma journée, content du comportement du vélo. Content d'avoir passé une bonne journée en bonne compagnie. Merci aux RCA pour l'organisation de ce brevet, encore une fois.

 

BRM400-03Dédé et moi, photo souvenir de l'arrivée

 

405,9 km au compteur, 15h18 de roulage + 1h20 d'arrêt au total

Moyenne roulante : 26,49 km/h

V. Max à 62km/h (ah oui, c'est sûr, je n'ai plus le low racer..., ouinnn)

Recette diététique :

2 Litres d' {eau+ maltodextrine} + 1,5 litre d'oasis + 1 demi panaché + 0,5 Litre d'eau plate

Pain d'épices dans la voiture +4 pains en chocolat + 1/2 paquet de Prince de LU + 3 petites barres de céréales aux framboises

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertrand - dans BREVETS
commenter cet article

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Bertrand
  • Le blog de Bertrand
  • : Récits de vélo couché sur les épreuves longues distances... Des liens vers des photos de vacances, paysages... Quelques astuces pour le montage de roue de vélo...
  • Contact

Le Moi

  • Bertrand
  • Amateur de vélo couché depuis mon premier Paris-Brest-Paris, d'abord en trike puis en 2 roues couché... pour le confort, pour la différence...
  • Amateur de vélo couché depuis mon premier Paris-Brest-Paris, d'abord en trike puis en 2 roues couché... pour le confort, pour la différence...

Recherche

Liens