Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 17:44

00-Panorama Arreau

Panorama un peu au Nord d'Arreau en direction de l'Espagne : vue sur Arreau et l'Arbizon enneigé (pic à 2831m)

 

00-PicPic de Lustou (3023m) ??

 

Val-Louron AzetEn haut du Col d'Azet, monté par le versant Nord en venant d'Arreau. Ca caille et ça mouillasse là-haut !!

 

Après quelques jours passés à se reposer un peu, à visiter un peu, à se promener à pied autour du camping de Gouaux, de Saint Lary et Arreau et une seule journée de sortie en montagne à vélo pour moi, il était temps de retracer un itinéraire pour "rentrer au pays"...

 

Armé de mes cartes, je réécris mon road-book...

Mais pas question de se tripaturer les neurones inutilement : un dimanche, il n'y a pas trop de circulation, donc je prendrai les grandes départementales directes qui m'éviteront de trop chercher mon chemin et le long de l'Adour, pour éviter les côtes...

Pour ça, il faudra que je change de vallée... Problème : le col d'Aspin pour prendre Bagnères-de-Bigorre et Tarbes... Tant pis : en allant doucement ça ira... j'espère...

Et ensuite les longues plaines d'Aquitaine et reprendre par Lacanau jusqu'au Verdon-s/Mer pour prendre le premier Bac du matin pour Royan... Ensuite Marais Rochelais et Poitevin et collines de Vendée, bien obligé, mais pas la Gâtine, mauvais souvenir d'il y a 2 ans...

 

00-road bookMon road-book, dans une petite pochette plastique, scratchée sur mon guidon... Pour le retour, ça tient sur cette page !

 

Donc c'est vers 7h30 que je suis parti dimanche matin, sous un p'tit soleil levant bien agréable...

A Arreau, je prends la montée de l'Aspin et c'est parti pour plus d'une heure de grimpette, à faible allure, même si la pente est moins pénible de ce côté-ci... C'est sous les nuages que j'arrive enfin au col, juste en-dessous d'une bonne couche nuageuse... Mon thermomètre indique 5°C... Ca caille encore : heureusement que j'ai prévu les gants longs pour la descente parce que j'ai les mains gelées en arrivant à Campan 10km plus loin... Le vent souffle un peu de face dans cette vallée. Je croise nombre de cyclistes qui vont faire la grimpée du col.10- Aspin début du retour

Col d'Aspin, aux environs de 09h00

 

Ensuite, ça déroule jusqu'à Bagnères de Bigorre, puis Tarbes, souvent entre 35 et 40 km/h, les faux-plats descendants aidant largement.

A Tarbes, je m'arrête acheter des sandwiches et victuailles pour le midi, vu que je ne trouverai pas grand'chose d'ouvert plus tard et que je n'aurai pas la peine de chercher en vain.

Les kilomètres s'enchaînent et jusqu'à 120-130km, je n'ai pas vu l'ombre d'une côte : de grandes départementales aux revêtements agréables et à la circulation très supportable... La moyenne est passée quasiment à 28km/h malgré la montée du col en matinée.

A partir de Barcelonne-du-Gers où je fais le plein dans un cimetière, le profil change un peu avec quelques faux-plats ou de vraies côtes mais rien de comparable à un col...

 11- remplissage bidonsPlein de la poche à eau au cimetière de Barcelonne-du-Gers

 

Villenneuve-de-Marsan, Roquefort où j'ai droit à quelques gouttes et quelques automobilistes stupides et dangereux. J'entre dans les forêts d'Aquitaine vers 15-16h par Lencouacq et Luxey : 20km entre 2 communes et où je croise 3 voitures sur une route quasi déserte et très monotone. Mes intestins me jouent un tour à un moment donné, m'obligeant à une pause technique désagréable... Est-ce que c'est l'eau du cimetière ?? Je n'ai pas le choix de la finir puisqu'il n'y a rien à Luxey et pas avant un bon moment...

Alerte passée, pas d'autres soucis intestinaux... Je déroule les jambes sur les longues départementales de la forêt, souvent aux revêtements très granuleux et "secouant".

Une pause Cimetière, eau plate sans poudre énergétique, à Sore et une cinquantaine de kilomètres plus tard, vers 18h30, je tombe à Hostens, où une pizzéria à emporter est ouverte : je m'arrête sur le champ, il faut que je mange pour tenir jusqu'à la nuit et pendant la nuit : ce sera des petites quiches lorraines et un Coca pour moi ! il fallait que je mange salé !

Mon vélo suscite la curiosité de certains passants et plus encore celle des enfants ! =)

Mais je n'ai pas le temps de m'attarder... Pour repère par rapport à il y a 2 ans, j'aimerais être à Lacanau pour mettre en route l'éclairage mais ça va être difficile...

Des bouchons autour des communes du Barp et de Marcheprime, à proximité d'un échangeur autoroutier pour Bordeaux, me ralentissent un peu : je manque de prudence en doublant les lignes de voitures par la gauche mais ça passe toujours =). Le carrefour à feux enfin passé, je déroule à plus de 30km/h sur de belles routes toutes droites mais je suis obligé de m'arrêter pour enfiler mes vêtements de sécurité et allumer mes éclairages.

12- Soir lignes droites

Après Marcheprime, en direction de Lacanau sur de longues lignes droites interminables...

 

Malgré les nuages de la journée, c'est un soleil couchant qui me dit "bonne nuit" et je rejoins Lacanau à la nuit tombée, aux environs de 21h30, alors que j'aperçois l'horizon encore un peu rougeoyant... Le calme est revenu sur la route : je n'entends plus que le bruit du vent (et de ma chaîne sur les pignons, grrrr...). Mon rythme est bon et je me sens très bien : je continue de rouler à plus de 30km/h sans trop taper dedans...

Lacanau-Carcans, la route devient plus granuleuse, et pour un bon moment... L'idée fait son chemin dans ma tête :  je dormirai à Carcans, à 60km du Verdon s/Mer, je me rappelle de sanitaires où j'aurai la place de me mettre. Tant pis, je me sentais bien à rouler, sans trop sentir le froid, mais je ferai la route pour le bac demain très tôt... J'ai 330km dans les jambes et ça suffit comme ça...

A 22h30, je tourne un peu dans Carcans histoire de trouver un meilleur endroit que les sanitaires principaux, éclairés en continu : un sas de banque ou autre chose... Pas de sas de banque mais j'ai trouvé d'autres sanitaires avec un éclairage automatique. Pas terrible mais à peu près à l'abri et à l'écart : je me débarbouille, enfile un autre T-Shirt et m'installe dans ma couverture de survie...

Malheureusement, la nuit va être difficile : le carrelage est très froid et une petite brise souffle par l'ouverture des sanitaires, je suis obligé de mettre ma mousse de siège sous le corps tant bien que mal et de déployer ma carte pour me protéger un peu de l'air qui rentre... Je transpire en plus dans cette couverture...

13- Nuit à Carcans

Carcans, KM 330, le carrelage est très froid et une petite brise entre dans mon abri de fortune : j'ai froid toute la nuit...

 

A 4h, le réveil sonne et il faut se lever... trop dur : j'ai froid et je suis obligé de passer ma serviette sur mes jambes pour les sécher un peu de la transpiration : je me sens un peu raide et surtout gelé... Malgré tout je replie tout et file faire le plein de ma poche à eau avant d'enfiler les 60km pour rejoindre le Bac... Je n'ai pas regarder les horaires mais je devrais être un peu "short" en timing : donc ne pas traîner...

Mais je me rends compte que le rythme n'est pas si élevé qu'hier soir et le sommeil fait défaut :mes yeux cherchent à se fermer et je chope une petite fringale sur les coups de 6h : l'eau plate de fin d'aprem hier, c'est bien possible ? J'enfile 2 tubes de gel énergétique mais je galère... le jour se lève et j'approche de Soulac, puis du Verdon s/Mer... Enfin... j'ai juste le temps de m'acheter des pains au chocolat dans un petit commerce, le même qu'il y a 2 ans et je sens bien que je ne suis pas en avance... Je me dépêche... Le temps de prendre un billet, de monter dans le bac, il démarrait pour Royan alors que j'attachais le vélo à une rembarde... Just in time !!!

 

Ensuite, c'est avec des nuages de pluie fine et du vent d'ouest plutôt favorable que je fais les 180 derniers kilomètres après Royan... J'ai sommeil toute la matinée et je mets du temps à émerger...

- Un arrêt dans un bistrot juste après Royan, pour prendre un chocolat chaud : accueil assez froid de la patronne...

- Une départementale très très fréquentée où je me suis fait raser de très près...

- Un patron de bar-restaurant sympa qui m'offre des tartines de pain et de la confiture avec mon café à Surgères (le Café Français, 2 Avenue de la Libération), un moment bien agréable, en plus juste avant le coup de feu de midi...

- Un peu de soleil de retour dans les collines de vendée autour de la forêt de Mervent et de la Chataîgneraie... je ne me souvenais pas que ça montait autant en dernier : Cheffois, Réaumur, Montournais, Saint mesmin, la Pommeraie, Saint Amand...Je me sens bien mais je ne suis pas très rapide dans toutes ces bosses...

Pas mécontent d'être arrivé au bercail !!!... Vive une douche !!!

 

Bref de très bons partagés entre l'aller et le retour, des émotions différentes, des instants de grande liberté, quasiment hors du temps, dans une autre dimension... Beaucoup de bien pour l'esprit en tous cas !

RETOUR PYRENEESEnviron 573km, 22h de roulage, moyenne à 26km/h, max à 67km/h et 2930m de D+...

Liens openrunner :

Première partie

Deuxième partie

Troisième partie

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertrand
commenter cet article

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Bertrand
  • Le blog de Bertrand
  • : Récits de vélo couché sur les épreuves longues distances... Des liens vers des photos de vacances, paysages... Quelques astuces pour le montage de roue de vélo...
  • Contact

Le Moi

  • Bertrand
  • Amateur de vélo couché depuis mon premier Paris-Brest-Paris, d'abord en trike puis en 2 roues couché... pour le confort, pour la différence...
  • Amateur de vélo couché depuis mon premier Paris-Brest-Paris, d'abord en trike puis en 2 roues couché... pour le confort, pour la différence...

Recherche

Liens