Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 12:58

J'ai profité de mes congés et du temps particulièrement clément pour organiser ma "grosse" journée vélo...

LA PREPARATION :

J'ai donc prévu un départ de chez moi à Fay-de-Bretagne (44) et un retour chez les parents dans le bocage Nord Deux-Sévrien, en prenant les prévisions de vent dominant dans la journée du 14, un vent de Nord-Est annoncé cependant faible... Le parcours sera donc orienté vers la Sarthe et l'Indre-et-Loire.

En traçant rapidement, voilà ce que ça a donné :

 Parcours 14 aout 2013

Circuit envisagé - 450km

Environ 450 km... En prenant une arrivée très optimiste vers 20h-21h, une moyenne roulante à 26 km/h (optimiste aussi), des pauses très courtes, cela donnait un départ au plus tard à 01h du matin !! Gloupsss... Ca fait bien longtemps que je n'ai pas négocié un tel réveil !! =)

Donc j'ai passé mon après-midi du 13 à préparer le circuit, sur internet d'abord et ensuite plus en détail sur mon feuillet de route, toujours fixé sur mon guidon, en inscrivant les communes traversées, les N° de routes et quelques précisions utiles pour retrouver mon chemin.

Circuit 1 sur 2 Circuit 2 sur 2

J'ai aussi donné un coup de propre au vélo, ce qui m'a permis de constater que le pneu avant était HS, usé jusqu'à la tresse à un endroit qui avait pris un gros freinage : les 400 km faits les 2 jours de la semaine fédérale ont fini de le ruiner à cet endroit. Sans le changer, c'est sûr qu'il aurait fini par éclater. J'ai déjà eu de la chance de ne pas l'éclater et me casser la gueule avant. Un petit coup de chiffon puis d'huile sur la chaîne et c'est bon !! J'ai aussi rapidement fixé une loupiotte sur le casque avec 2 colliers plastique pour voir mon feuillet la nuit.

J'ai des crêpes au sucre dans la sacoche, quelques barres de céréales et des gels énergétiques en cas de fringale, un petit pochon de poudre énergétique dite "ma cocaïne" et j'emporterai aussi 3 petites sandwiches, une pomme et une banane pour différentes pauses "repas". Le café "très serré" pour le réveil est préparé.

Couché à 22H, je mets mon réveil à 23h55. Ca va être une nuit très courte...

LE DEPART ET LA NUIT...

La nuit a été très courte effectivement avec beaucoup de difficultés à m'endormir... Je n'ai même pas eu vraiment l'impression de dormir... Heureusement, je suis dans un état général plutôt reposé et je ne devrai pas avoir trop de mal à supporter cette nuit quasi-blanche.

Je me lève donc, engloutis quelques pâtes réchauffées au micro-onde et mon café avec du pain d'épices.

Le température extérieure est de 11°C mais ça va encore diminuer donc j'assure en mettant les genouillères mais pas de manchettes, juste un maillot, un petit coupe-vent de course à pied et mon gilet réfléchissant...

Je pars à 00h45 de chez moi. La nuit est noire et le ciel illuminé d'étoiles. Je garde un oeil sur la grande Ourse et l'étoile polaire histoire de me repérer et constater le direction que prend la route.

Je traverse Fay-de-Bretagne où un tracteur avec sa remorque à blé vide semble rentrer chez lui... Il est suivi d'une BMW immatriculée "59" qui accélère violemment dès que le tracteur tourne à droite... Ca l'énervait peut-être d'avoir mon phare dans le rétro...

Les cloches de l'Eglise des Touches sonne 2H au moment où je passe... bizarre que ça sonne la nuit comme ça...

Pannece.jpg

Une photo dans la nuit, à Pannecé...

Au bout d'1h30 de route, mes intestins me jouent des tours encore une fois, du côté de Teillé... Réveil matinal + effort physique + froid = arrêt urgent nécessaire dans un endroit discret !! =) C'est habituel mais je perds du temps à chaque fois.

Des étoiles filantes parcourent le ciel de temps à autre, c'est vrai que la nuit des étoiles, c'était récemment. Hop un voeu ! Encore un ! Encore !... Si avec ça, je ne suis pas très beau, que je n'ai pas un harem de femmes somptueuses autour de moi, que je ne suis pas riche comme Crésus, que je dirige pas l'univers, que le monde n'est pas en paix, que je ne bronze pas aussi de dos =), je n'y comprends plus rien !! =)

La nuit est si calme : de 2h30 à 4h30, je n'ai croisé personne... Et à chaque fois que je m'arrêtais pour satisfaire un besoin naturel (signe d'une hydratation correcte), c'était le silence complet : pas de chant d'oiseau, pas de vent, pas de bruit de voiture, rien... Quelle chance de pouvoir profiter de ces moments-là. Le GPS du téléphone portable me "sauve" parfois pour retrouver ma route quand je sens que je me suis trompé de direction ou que mes informations sur mon feuillet de route sont incomplètes. J'ai aussi ma carte routière en complément, je ne suis pas du tout désemparé. La lumière de mon phare n'éclairant que la route devant, il m'ets parfois compliqué de voir des panneaux situés sur les cotés... J'aurais du mettre ma vraie frontale sur le casque !

A mesure que je m'approche d'Angers, les revêtements des routes deviennent de plus en plus mauvais... Je savais bien que les routes du Haut-Anjou ne sont pas toujours très bonnes, très fréquentées et sous-entretenues sans doute... C'est très désagréable parce que ça secoue et ça ne "rend" pas bien : l'impression d'être scotché sur des revêtements granuleux et bosselés. De plus, ce n'est pas plat : montées et descentes se succèdent sans interruptions. Pas évident de rouler vite dans les descentes avec la méconnaissance des routes et l'obscurité...

Je traverse la Mayenne, affluent de la Loire, à Montreuil-Juigné, juste au-dessus d'Angers et me dirige désormais vers le département de la Sarthe...

Petite pause à Châteauneuf-sur-Sarthe et je reprends quelques forces avec ma pomme et ma banane. J'ai froid depuis déjà un moment, il faut encore que je tienne une bonne heure avant que les rayons du soleil commencent à réchauffer. L'aube naissante laisse apparaître les premières lueurs violettes puis orangées... J'ai 130km au compteur et ça va nickel !! Comme si je venais juste de commencer ma sortie ! Mon rythme n'est pas super élevé mais je suis aux alentours de 26-27 km/h de moyenne.

Chateauneuf s-s 01 

Chateauneuf s-s 02

Chateauneuf s-s 03

Châteauneuf-sur-Sarthe - KM 130

 

LE JOUR PARAÎT ENFIN...

A mesure que je file vers l'Est, les teintes du ciel s'éclaircissent jusqu'à faire enfin apparaître le soleil, à Précigné où je change quelque peu ma route pour prendre d'autres routes de campagne en direction du Mans...

Daumeray

Près de Daumeray...

Je prends une grosse départementale en direction de la Suze-sur-Sarhe à contre-coeur : un revêtement très rugueux, beaucoup de camions... Mais je bifurque vers le Sud-Est à 15km du Mans. Mainteant mon cap a changé : je reprends la direction de l'Indre-et-Loire...

Malicorne s-s 01

Malicorne s-s 02

Malicorne sur Sarthe

Je mets du temps à retirer mes couches de vêtements. Il faudra attendre Yvré-le-Pôlin et quelques côtes franches pour que j'ai un peu plus chaud. Crême solaire obligatoire car le soleil cogne déjà dès la matinée...

Ecommoy où je prends encore une grosse départementale aussi désagréable par son mauvais revêtement que par sa circulation. Mon itinéraire passe ensuite par une forêt avec une voie communale super bien bitumée !! Un régal pour rouler à 40 km/h sur les longues lignes droites dès que les faux-plats sont descendants...

LE MAURICE DU BAR DE LAVERNAT !

11h30, 230 km et mes bidons sont tous les 2 vides, 2L d'engloutis depuis ce matin, ce n'est pas beaucoup par rapport aux kilomètres... Il faudra que je corrige cette hydratation mais apparemment, vu mes arrêts pipi, c'est OK. Méfiance quand même. L'urgence est depuis un moment de trouver un cimetière, des toilettes publiques ou un bar...

Chose faite à Lavernat. Plantons le décor...

Commune de 400 habitants environ, au milieu du triangle infernal formé par Chateau-du-Loir, Verneil-le-Chétif et Beaumont-Pied-de-Boeuf, j'arrive par la voie principale sur une espèce de place pas vraiment dessinée où les commerces ne sont pas nombreux... En face d'une petite église, juste un bar-épicerie que je distingue par 2 grandes tables de camping en bois dressées juste devant où sont assis 3 jeunes hommes...

LAVERNAT

Lavernat, en pleine campagne, KM 230

A peine descendu de vélo, je suis accueilli à grand renfort de "Oh, ça c'est un beau vélo !" par l'alcoolique-simplet-pas méchant du coin qui vient me serrer la main et toucher la bête (pas moi, le vélo)... Comment le décrire : cheveux hirsutes, diction difficile, T-Shirt et pantalon surmonté d'une jupe légère courte (c'est assez étrange, mais ça ne choquait pas vraiment sur lui), marchant dans tous les sens, très actif...

Je pose le vélo, prends mes bidons et mes sous et vais voir le patron de bar, jeune et très sympa qui me propose tout de suite de remplir mes bidons. Je lui commande en plus un café et un Coca pour le sucre et le coup de fouet. Maurice, le simplet vient acheter sa bouteille de rosé qu'il paie en étalant sa monnaie sur le zinc, à côté de moi... Le patron est super patient et compréhensif et prend soin du Maurice... Puis il quitte le bar en même temps que d'autres clients arrivent, tous en me serrant la main comme si j'étais du coin... Tout le monde se connaît ici et fait vivre le commerce local... Je paie, prends mes bidons remplis et salue les gens en partant... Ils me souhaitent tous bonne route...

En sortant, un ancien vient me trouver et discuter un peu avec moi des atouts de mon vélo, de manière très amicale, mais presque intrusive... En plus, j'ai du mal à comprendre ce qu'il me dit, ils parlent vite dnas le coin ou quoi ?? Le temps que je range et il était parti haranguer un couple de jeunes tourtereaux qui se becquotaient devant le bar... Tout le monde se connaît je disais...

Un bon souvenir ce bar ! =) 

Il est presque midi et il sera temps de s'arrêter plus tard pour manger mes sandwiches... D'autant plus que mes articulations me font souffrir : le genou et le pied droits... Ca me permettra aussi de durcir le réglage de mes pédales pour éviter que ma cheville bouge trop.

MIDI : IL NE FAUT PLUS TRAINER...

J'ai l'habitude de considérer qu'il faut être au moins à mi-parcours ou sur le chemin du retour à midi, sinon, on s'expose à des arrivées très tradives... Force est de constater que je suis bien à mi-parcours mais que les 300km que je m'étais fixé à 13h à Azay-le-Rideau ne seront pas atteints. Je sais déjà à ce moment-là que je ne serai pas chez mes parents à 21h mais que je me fixe un objectif à 22h raisonnablement en prenant en compte des arrêts dus aux soucis à venir : douleurs, pieds qui chauffent, peut-être un parcours plus difficile à venir... J'ai toujours sous le pied de pouvoir couper par les grands axes pour me raccourcir, mais c'est plus dangereux avec les camions.

A Saint Paterne-Racan, je reconnais la route que j'avais prise en revenant du Bordeaux-Paris, c'est rigolo, par hasard... =).

A noter le très beau château de la Roche-Racan, en bord de route, très impressionnnant par ces arches et dessins dans la pierre. On est bien au pays des Chateaux de Touraine, c'est magnifique avec ces pierres blanches... C'est aussi le pays des champignonnières, comme du côté de Saumur.

Je m'arrête manger peu après, à Neuillé-Pont-Pierre... Je m'assoie par terre, près d'une place et d'un petit carrefour et j'enlève mes chaussures pour me soulager les pieds. J'enfile mes 2 sandwiches jambon-beurre-fromage. Les gens roulent comme des malades, j'en vois plusieurs partir de la place en faisant ronfler le moteur... Très pressés on dirait...

Je ne perds pas trop de temps et je commence à beaucoup boire... Faudra refaire le plein bientôt.

Reprise de petites voies communales en forêt, très très bien bitumées, un régal encore et je roule assez vite, les jambes tournent très bien alors que je passe les 280 km...

Je passe la Loire à Langeais en saluant d'autres cyclotouristes ou familles en vélo avant de remonter sur Azay-le-Rideau. Mais pas de temps pour du tourisme... A part rouler un peu sur les très jolies petites rues pavées, je ne peux pas m'attarder. Il est plus de 14h30... Tout juste je réponds à une anglaise qui me demande si c'est confortable, alors que je cherchais la route en centre-ville avec mon portable... J'aurais pu lui faire essayer mais bon, la fatigue aidant, on a moins envie de faire des efforts...

LA BOUCLE DE RETOUR !

Le soleil maintenant m'indique que je suis enfin sur ma boucle de retour... Après Azay-le-Rideau, C'est plein sud-Ouest, la direction de l'Île Bouchard, à 15 kilomètres à l'Est de Chinon, puis Richelieu, frontière entre l'Indre-et-Loire et la Vienne.

nuage 02

nuage 01

Un nuage, tout seul dans le ciel tout bleu, fruit d'expérience de nucléation d'un météorologiste ???

Je m'arrête à nouveau dans un bar dans l'enceinte de Richelieu, pas trop fréquenté le bar parce que je sens vraiment la sueur... "Un café et un coca, s'il vous plaît !" Des allemands s'installent à une table adjacente pendant qu'un pilier du bar me fait un peu de conversation en fumant sa clope, me prenant un peu pour un fou en lui disant que j'étais parti le matin à 1h de Nantes...

Je repars après avoir fait mon mélange de cocaïne...

La route de Loudun est très fréquentée, avec le soleil dans la figure et beaucoup de camions sur les coups de 16h30... Comme la forme est là et la route relativement plate, je choisis de continuer sur mon itinéraire par les petites routes pour contourner Loudun... J'en profite pour appeler chez les parents et leur dire que je n'arriverai pas avant 22H...

MARINETTE !

A Sammarçolles, tout petit bourg de pierre blanche, je demande mon chemin, autant pour me renseigner que pour parler un peu... Et c'est là que je tombe sur Marinette, employée communale, qui faisait son tour en vérifiant l'état des toilettes publiques et qui m'a demandé si je voulais visiter la très jolie petite chapelle, dont elle avait les clés...

"Je suis un peu pressé, mais pourquoi pas après tout !" =)

C'est ainsi qu'est passée une demi-heure à papoter sur la désertification rurale spirituelle, du fait que le prêtre du coin avait 17 paroisses à sa charge...

Sammarçolles

Il est pas loin de 18h30 quand je quitte Sammarçolles et il me reste encore 100 kilomètres à parcourir... Mes indications sont bonnes et je ne perds pas de temps à chercher sur ma carte désormais. Mais je dois faire des pauses de temps en temps pour soulager mes pieds qui chauffent et me font mal : chevilles et tendons d'Achille sont un peu douloureux.

A l'occasion d'un passage près d'un champs irrigué, je me prends en plein dessus le canon à eau qui arrosait le bout de route juste à ce moment-là, heureusement qu'il faisait encore un peu chaud parce que ça a été une grosse douche d'un coup =) !!

Je me prends une grosse descente à Curçay-sur-Dive, à 70km/h, alors que je quitte le département de la Vienne pour les Deux-Sèvres... Ca y est, je suis dans mon fief !!! J'ai le soleil dans la figure et rouler dans ces conditions est pénible : je prends ma main pour me faire un pare-soleil... Je continue à contourner Thouars et suis l'itinéraire malgré le soleil rasant... La nuit s'avance...

Argenton-l'Eglise, Cersay, Saint-Pierre-à-Champ, des routes que je commence à reconnaître, souvenirs de routes parcourues dans l'enfance... Et un raccourci dont je me souviens : "Ce sera moins long et on va éviter la côte de Saint Paul-du-Bois"... Je coupe donc mon itinéraire. J'ai allumé mon phare arrière en mode clignotant car le soleil rasant devient dangereux à cause des voitures qui peuvent arriver derrière moi sans me voir. Ce sont des petites routes de campagne tourmentées et avec pas mal de parties ombragées...

Genneton, Saint Maurice la Fougereuse, Somloire... Les kilomètres commencent à peser, je frise la fringale... En haut d'une petite bosse, je m'arrête pour téléphoner chez moi, il est 21h, et pour prendre 2 barres de céréales et 2 tubes de gel énergétique. j'ai les bras plein de sueur et de crême solaire... Je mets mon gilet réfléchissant et enlève mes lunettes de soleil. J'allume aussi mon phare car le soleil a quasiment disparu de l'horizon... Un Loulou avec un vieux Scénic 4x4 avec des barres de Leds bricolées sur la calandre passe 3 fois sur la route, dans un sens, puis dans l'autre, puis dans l'autre (????) Je ne comprends pas trop ce qu'il fait...

Les tubes énergétiques font du bien... A part dans les parties montantes, je trace sur le plat et les descentes. Les Cerqueux (patrie du Pitch !!), Saint Aubin de Baubigné, Mauléon, La Petite Boissière : je croise des gamins qui s'en vont au foyer des jeunes de la commune... Plus que 3 kilomètres et je prends la dernière grosse descente dans l'obscurité avec le virage en dévers, à plus de 65 km/h je pense... C'est la fin... Je suis arrivé à destination et il est 22:00 PILE à mon compteur !!!!

Je n'avais plus franchi la barre des 450 km sur une rando à la journée en solo depuis 7 ans, quand je roulais encore en vélo droit... Objectif atteint avec 457 km et 26,10 km/h de moyenne roulante...

Pfiou... J'ai dévoré la nourriture en arrivant et la douche était plus que nécessaire.

Le manque de sommeil ne s'est jamais fait sentir, même sur la fin et j'ai même eu du mal à m'endormir, le coeur encore dans le rythme de l'effort a bien eu du mal à se calmer...

Très content de ma journée "contre-la-montre" et ça fait du bien de renouer avec la longue distance. Je pense que j'en avais besoin... =) Fou, non... Juste le plaisir de se dire que le vélo reste un moyen de locomotion idéal même sur de très longues distances, propre et presque silencieux, et que tout un chacun peut y parvenir avec un peu d'entraînement et de volonté. =)

Mon parcours

Fay-St Amand

Lien openrunner pour avoir les détails : 2810257

Durée : 17h29min de roulage sur 21h15 totales

Distance : 457,27 km

Moyenne roulante : 26,10 km/h

V. MAX. : 69,49 km/h

Dénivelée : 3100m au compteur (2000m annoncé sur Openrunner (???) )

Période : de 00h45 à 22H00

Conditions météo : Nuit étoilée, puis soleil, vent faible N-E en journée.

Repost 0
Published by Bertrand - dans BREVETS
commenter cet article
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 15:58

En attendant un récit hypothétique du Paris-Brest-Paris, je joins une petite vidéo de l'arrivée du PBP ...

Il était jeudi à 7h du matin... après 3 jours et 4 nuits entiers, beaucoup sur le vélo, un peu dans des sanitaires, un peu dans les fossés...

 

Repost 0
Published by Bertrand - dans BREVETS
commenter cet article
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 18:36

Samedi 30 juillet, levé dans la difficulté à 1h30 du matin. Je dois être à Mauléon dans les Deux-Sèvres à 6h pour faire un circuit de 274km (peut-être 300 si on fait un boucle finale) avec 3 collègues du club…

La bonne idée que j'ai eu d'y aller en vélo !! =)

 

280- CircuitLe circuit, à peu près 274km sur OpenRunner.

http://www.openrunner.com/index.php?id=1130003

 

Me voilà parti à 2h après un chocolat chaud (rituel pas forcément très digeste mais rituel quand même) et en oubliant mes petits sandwiches dans le frigo. Comme d’hab… Quel imbécile ! J’ai plus toute ma tête au réveil…

Nuit sans lune, pas de lumière de notre satellite... Il fait assez doux, 12°C...

Bref, traversée du centre-ville de Nantes aux environs de 3h, avec un peu de jeunes mâles bien imbibés, quelques nanas en tenue de soirée chic/sexy, portable accroché à l'oreille très "in", très branchées, qui te feraient croire qu'il fait 30° dehors...

A ma plus grande honte, je dois confesser avoir grillé à peu près tous les feux rouges qui se sont présentés devant moi, c'est pas mon habitude, mais j'étais ric-rac en timing pour rejoindre Mauléon à 6h...

Une pause malheureuse "vidage d'intestins" (pas très élégant mais bon, c'est l'habitude pour les départs matinaux d'avoir mon estomac qui me joue des tours) et une autre pour un problème mécanique sur ce vieux vélo me font perdre un peu de temps... Je roule sur un rythme entre pépère et rapide. Les bosses autour de Torfou, Mortagne S/S me font également un peu mal. J'abats des pointes de vitesse à pas loin de 70 km/h dans le noir... J'arrive un peu en retard, à 6h10... Mes copains sont là : Jean-Paul et Louis-Marie les 2 frangins, et Fabrice... Moi, je suis déjà bien chaud avec mes 106 km, j’ai roulé à un peu plus de 27 km/h, ce qui est déjà pas si mal, un peu trop sans doute considérant ce qui suit, tant pis... On verra !

Et on ne perd pas de temps, on part presque aussitôt en direction de l'Est vers Nueil s/Argent, Saint Varent puis l'entrée dans le département de la Vienne... Je me trompe de chemin à Moncontour... Mes notes n'étaient pas assez précises et les panneaux indicateurs pas assez bons... je savais que je n'étais pas sur la route prévue mais tant pis... Ca nous a obligés à prendre un axe un peu plus fréquenté et un chouilla plus long vers Loudun, des paysages un peu tristouilles des grandes plaines mais quelques jolis petits patelins comme Saint Généroux, 300 habitants.

 

280- St GénérouxSaint Généroux, entre Saint Varent et Saint Jouin de Marnes, dans les Deux-Sèvres.

 

280-800px-Saint-GénérouxPont Roman - Photo Père Igor, licence Creative Commons CC-BY-SA 3.0

http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr

 

280-st generoux le bourg vu du pontSt Généroux, le bourg et la route vus du pont roman.

 

Ensuite, on a pris des axes assez fréquentés, voire dangereux, un Renault Espace nous a frôlés de très près, des gens en face lui ont fait des appels de phare et des coups de klaxon... Fabrice qui était derrière à ce moment-là a eu très peur. J'étais devant avec mon rétro, j'ai vu que c'était passé près...

On est aussi passés devant la vendeuse de melons auprès de qui je m'étais arrêté l'année dernière en allant dans le Massif Central : un grand signe de la main : "Bonjour, vous me reconnaissez ?" "Oui, oui, l'année dernière !! Vous avez de la compagnie cette fois !!"... C'est rigolo... et mes collègues me charrient =)).

Et puis l'Ile-Bouchard, arrêt dans un cimetière pour faire le plein des bidons...

280- Cimetière

Puis Azay-le-Rideau où Fabrice et moi achetons un sandwich... On fait une bifurcation inutile qui nous empêche d'aller voir le château puis on rejoint Langeais où on s'arrête manger sous le pont, aux environs de 13h, très jolie ville, beau pont, beau château... Le soleil cogne bien mais des nuages viennent cacher ses rayons assassins par moments, heureusement.

280- Pause à LangeaisPause repas... sous le pont de Langeais.


800px-Pont suspendu de langeaisPont de Langeais. Photo de Yannick Bonnet, licence Creative Commons CC-BY-SA 3.0

http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr

 

280-Chateau de Langeais et rue ThiersChâteau et rue de Thiers photo de Claude Villetaneuse, licence Creative Commons CC-BY-SA 3.0

http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr

C'est au château de Langeais que fut célébré, le 6 décembre 1491, le mariage d'Anne de Bretagne et du roi de France Charles VIII, premier pas du rattachement du duché de Bretagne au royaume de France.

 

Notre petit convoi poursuit son chemin Nord-Loire sur des petites routes du parc naturel Anjou-Touraine. Puis on repasse la Loire aux Rosiers (arrêt bière dans un bar, panaché pour moi qui descend direct dans les cuisses, Fabrice pareil)...

Gennes, Doué-la-Fontaine, passage à vide pour moi aux alentours de 300km, je me venge sur les dernières pâtes de fruits qu'il me reste et des comprimés énergétiques (à moitié périmés =), toute la tablette y passe). Louis-marie utilise ses gels de glucides... Les côteaux du Layon et enfin ça sent l'avoine... les routes qu’on connaît, retour aux écuries... Je me sens bien mieux sur la fin avec des portions rapides qui m'avantagent plus qu'à vélo droit. J'ai de nouveau envie d'appuyer fort sur les pédales... La longue distance, c'est ça : des passages à vide, des coups de mieux... Nous n’avons pas vraiment la volonté de faire une boucle supplémentaire pour rallier la barre des 300 km. On en a 280 au compteur et moi, j’approcherai les 395 en arrivant chez mes parents… Ca suffit bien comme ça !! Des choses seront à revoir sur mon vélo : cette saloperie de roulette de puissance où la chaîne saute et se met en vrac…

Malgré tout, une bonne expérience supplémentaire et qui permet de progresser.

 

280- Fabrice1Fabrice, frais comme un gardon =)) !!

 

280- groupeNotre petit groupe, de droite à gauche : Louis-Marie, Jean-Paul, Fabrice et moi-même !

Grand bravo pour avoir tenu jusqu'au bout !! Et merci pour la compagnie !! =)

Repost 0
Published by Bertrand - dans BREVETS
commenter cet article
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 10:12

Well, not a really good memory...

J'étais inscrit sur le brevet de 1000km avec le club d'Angers...

J'avais tout fini de préparer la veille au soir, même ma dernière sacoche, cousue maison...

 

Le sommeil a été bon, juste 6h30 mais sans stress particulier, contrairement aux nuits précédentes... Le réveil à 5h30 n'a pas été trop difficile, j'étais réveillé 5 minutes avant que ça ne sonne...

Petit déjeuner très rapide, des pâtes réchauffées au micro-onde (mouais, pas top, mais ça remplit l'estomac) et du pain d'épices à manger dans la voiture.

Sur le chemin de l'autoroute, 6 mongolfières agrémentent le parcours, dans le soleil levant... Belle image, ces gros ballons s'élevant au-dessus d'Ancenis. J'ai peut-être un collègue de boulot qui fait partie d'un des équipages, je reconnais un des ballons qu'il m'avait montré en photo.

 

Enfin, j'arrive à Angers, à côté du Vélodrome où on doit prendre le départ...

Je descends la TD2 du coffre et casse malencontreusement le mât du fanion. "Merde !!! Ca, ça va me porter la poisse."

Les cyclistes sont traditionnellement assez superstitieux et moi, ben, je crois qu'il peut y avoir des petits signes...

Bon, on verra bien... Je recolle le bout de mât avec de l'adhésif que j'avais dans le coffre... Bof bof...

 

Et je descends au local du vélodrome : là déjà une grosse vingtaine de cyclos sont là... Je fais la queue pour le contrôle des éclairages et la présence du chasuble : C'est OK !

Je revois Jean-Claude Chabirand et sa femme qui rouleront encore en tandem. Nous serons une vingtaine à rouler en leur compagnie, lesautres iront soit plus vite, soit plus lentement. Des points de dîner, peti-déjeuner et nuit d'hotel (la deuxième nuit) sont prévus sur le parcours... Tout a été bien organisé.

Encore une fois, je dois être le plus jeune, à pat peut-être Damien, un gars que je revois souvent aux brevets et qui est un vrai fondu de cyclotourisme.

Un petit café, quelques discussions autour de mon vélo qui attire la curiosité... et tout le monde se réunit à l'entrée du vélodrome pour repartir à travers les rues d'Angers, à 8 heures tapantes. Je n'ai pas compté mais au moins 35 cyclos sont présents...

Nous partons sur les bords de Loire, par La Daguinière, la Bohalle... Je discute avec les cyclos au gré des groupements, des changements de position dans le paquet. Mon engin attire les questions, c'est très intéressant. en plus, sur ce brevet de 1000, ce sont vraiment des adeptes de longue distance qui y viennent : je vois une nana qui arbore le ruban blanc à son casque, le signe de ralliement de ceux qui fréquentent le forum des super randonneurs sur Internet...

On traverse un vide-grenier à Saint Mathurin... Je m'arrête faire un petit pipi un peu plus loin, m'obligeant à une bonne course poursuite à plus de 40 km/h sur la route toute plate... Le groupe avance très vite, entre 30 et 35 km/h, ce qui fait que j'ai un peu de mal à revenir...

Une fois le groupe réintégré, je me retrouve à côté d'un gars avec qui je parle du Paris-Brest-Paris, du Bordeaux-Paris : il n'a pas du tout la même approche de ces épreuves que moi : il est vraiment typé compétition et a fait de très très bons temps... Il connaît Hervé Le Du et Aurélien Bonneteau pour les avoir côtoyés quand ils roulaient en vélo couché. Il est très intéressant : son jargon est vraiment celui d'un compétiteur : ça fait bizarre d'entendre ce vocabulaire et d'avoir un autre oeil sur ces épreuves que moi aussi j'ai fait, mais de façon différente...

Il me parle des tricheurs sur Bordeaux-Paris : ceux qui prennent la voiture pour être déposés plus loin et pouvoir dire qu'ils ont fait l'épreuve... J'en avais vu aussi, ou disons des comportements bizarres...

On passe les Rosiers-sur-Loire. Au feu, j'ai l'impression qu'il y a un peu de jeu dans ma direction... Bof, pas de soupçon particulier, puis Longué...

Au passage d'un mini-ralentisseur, le cadre devient subitement tout mou, comme s'il y avait une suspension...

"Oulah, c'est bien souple ça !!"

Et mon voisin de regarder mon cadre et de me dire d'un air catastrophé :

"Hé, mais il est fendu... Soulève ta jambe... Ben ouais, il est fendu !!!"

"Non, tu déconnes... Non, c'est pas vrai...?"

"Si, si regarde, arrête-toi..."

Et je freine pour m'arrêter quelques mètres plus loin... Effectivement, le cadre est déchiré, juste derrière le pivot de direction.

C'est fini, l'aventure s'achève ici, KM 42... Cette fois, pas la peine de tenter d'aller plus loin, le cadre va couper en deux d'ici peu... La TD2 est en plus sale état que mon proto 3 qui avait cassé aussi mais avec lequel j'avais pu finir le brevet de 600...

J'appelle chez mes parents, mon frère viendra me chercher plus tard.heureusement queje n'ai pas cassé à proximité de Paris, ça aurait été la frnche galère.

Je suis désabusé, déçu... Quand je regarde la fissure, je me dis que c'était prévisible, le gros tube n'étant pas soudé au pivot de direction par dessous, la rupture s'est amorcée à cet endroit, là où il y a le plus de contraintes... Logique. Bon à savoir sur les prochains protos...

003-1000La fissure sous le pivot de direction

 

004-1000La TD2, avec les sacoches

 

En attendant, je me suis étendu sur le gros rond-point de Longué, à l'abri des arbustes et fleurs plantés là...

005-1000Atelier bronzage sur rond-point abrité

 

Désormais, il faut que je pense au Paris-Brest-Paris avec ma bonne vieille mule, pas efficace mais solide (enfin je crois)...Et me ré-entraîner parce que j'ai assez perdu de temps entre les différents essais de vélos, les bricolages, les aller-retour au Mans pour la TD, les casses...

Repost 0
Published by Bertrand - dans BREVETS
commenter cet article
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 12:55

Me voilà reparti pour de nouvelles aventures, pour un nouveau brevet...

Jamais je n'ai eu autant d'incertitudes : une préparation physique un peu limite, du manque de sommeil, le matériel bof-bof...

J'ai hérité de la TD2 qu'utilisait Sébastien jusque-là, en remplacement de ma TD3 cassée... Je suis mieux positionné mais je n'ai pas eu le temps de relever tous les petits soucis et je ne sais pas comment tout ça va se passer sur autant de kilomètres...

Bref, on verra, mais je ne dors pas tranquille.

Le brevet part d'Angers où nous resterons un groupe d'une vingtaine organisé comme suit :

- Départ à 8h le 14 juillet, on roule toute la journée, la nuit qui suit et la journée d'après (donc vraie nuit blanche) et on dort dans un Formule 1 le vendredi soir.

- Redépart à 4h30 du matin pour finir la journée de samedi et les 350-400km qui resteront...

Bref que du bonheur, en espérant arriver en entier.

On contournera Paris pour aller dans le Vexin, et on finira sur une partie du circuit du Paris-Brest-Paris (la portion dure dans le Perche)...

Voici les cartes :

 

001-1000Portion N°1

 

002-1000Portion N°2

 

A pluche. =)

Repost 0
Published by Bertrand - dans BREVETS
commenter cet article
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 22:05

Voilà, alors que bon nombre de mes collègues en vélo couché ont fait et validé leur brevet de 400km, avant-dernier brevet qualificatif pour le Paris-Brest-Paris, je m'élance un peu en retard pour le mien, avec le club organisateur d'Angers...

2 départs étaient proposés : l'un à 16h le samedi et l'autre à 4h du matin le dimanche...

N'ayant pas envie de passer toute ma nuit sur le vélo et de profiter un peu du paysage, j'ai décidé de prendre le départ matinal, quitte à passer une nuit courte avant...

Et j'emmène avec moi un ami du club qui se remet à apprécier la longue distance après avoir déjà fait 2 PBP dans les années 90.

Je suis très content d'avoir sa compagnie et de retrouver le couple qui organise les brevets d'Angers, Jean-Claude Chabirand et sa femme Nicole, de par leur gentillesse et leur accessibilité (malgré leur palmarès impressionnnant en épreuves longue distance).

Ils partiront en tandem cette fois et je crois bien que j'essaierai de les suivre. Autant que je me souvienne, leur rythme est très bon et ils connaissent les parcours dans le moindre détail.

 

  BRM400Le parcours du brevet, contournant Rennes, et reprenant une partie du Paris-Brest-Paris

 

Donc dimanche matin, le réveil sonne à 1h50 du matin : dur, dur, d'autant que les nuits précédentes étaient agitées du fait de l'anxiété de la distance à parcourir et de l'appréhension du comportement du tout nouveau vélo : c'est un peu hasardeux de partir pour de si longs kilomètres alors que j'ai à peine fini de régler ma position... On verra mais bon...

 

Je mange des tranches de pain d'épices dan la voiture sur la route pour caler un peu l'estomac...

Et je rejoins mon copain Dédé au péage de Cholet avant de prendre la direction d'Angers, au vélodrome, lieu de départ, et suivre mon téléphone-GPS qui me lâchera un peu au passage de la Loire. Arghh... C'est par où ??? Put... de technologie. Je hais les smartphones !! ("Smart", mon oeil !! ).

 

Vélodrome... On y est...

Débarquement des vélos... On s'équipe...

Vérification des éclairages et du gilet réfléchissant obligatoires.

Mer..., j'ai oublié mes petits sandwiches dans le frigo à la maison !!! C'est pas très grave mais en général c'est un peu de réconfort de manger ce qu'on aime. On se ravitaillera dans les boulangeries dans la matinée en même temps qu'on pointera.

On récupère nos carnets de route au local des Randonneurs Cyclos d'Anjou. J'y salue Jean-Claude et Nicole... Je reconnais également quelques autres cyclos (y'a 4 ans, sur les autres brevets du PBP). Nous sommes une grosse trentaine à ce départ... Ils étaient 63 la veille.

 

BRM400-01Dédé, alors qu'on vient d'enlever les vélos du coffre

 

4H pétantes, le départ est donné. Nous croisons quelques policiers dans les rues d'Angers avant de sortir dans la campagne... La lune descendante nous accompagne. La température est assez douce 11-12°C mais le vent souffle déjà. Dans les roues, c'est très peu sensible, mais dès qu'on met le nez à la fenêtre, on se dit que les premiers doivent en baver un peu. Pourtant la vitesse est très élevée : ça maintient du 30-35 km/h tout le temps, trop rapide... Il faut être concentré sur les roues de devant, éviter les écarts et les chutes possibles en groupe...

Le tandem, plus sage, laisse partir le paquet des costauds... Je me ravise aussitôt, voulant rester avec eux et je dis à Dédé de rester là aussi parce qu'on est sûr de ralier l'arrivée sans problème avec eux, régulièrement mais sans perte de temps... Sur la trentaine, on ne se retrouve plus qu'à 6, et on voit le groupe avec ses petits feux rouges s'éloigner peu à peu dans l'obscurité des lignes droites de Segré.

Je suis assez content, malgré le faible aérodynamisme de mon vélo par rapport à mon ancien, il grimpe très bien les petites bosses et les réglages que j'avais pu faire sont pas mal du tout, en tous cas, beaucoup mieux qu'au début... Je tape toujours un peu les cuisses contre le guidon mais c'est très supportable pour le moment (j'ai des petits bleus de reste de mes premières sorties). Mon éclairage est toujours aussi performant et ça c'est super !! J'éclaire pour les autres.

Certains lâchent le groupe de tête ou se trompent de route et on finit par en récupérer quelques uns au fil des kilomètres, dont François, le moustachu de Beaupréau, pressé d'arriver chez lui le soir parce qu'il avait du monde à manger =)). Malheureusement, lui et son collègue de club se ont plantés de chemin et ont fait 9 kilomètres supplémentaires et surtout perdu pas loin de 20 minutes. On les voit revenir par l'arrière ?!?

 

Les 80 premiers kilomètres sont avalés très vite et le jour est déjà levé... Premier contrôle à la Guerche-de-Bretagne. Et il faut faire vite : 10 minutes d'arrêt, le temps de tamponner le carnet de route dans une boulangerie, d'acheter 2 pains en chocolat, de se dévêtir un peu, de se soulager un peu la vessie...

"30 secondes et on repart !!!!" crie Jean-Claude...

Le tandem repart !!! Pas le temps de manger, je suis obligé de planquer mes pains en chocolat dans ma sacoche de fortune... Dire que je ne pourrai pas aller chercher ça dans mon sac en roulant parce que j'ai encore du mal à lâcher le guidon (pareil pour boire !! : pas terrible).

Les kilomètres s'enchâinent toujours assez vite... On roule à une moyenne de 27,5 km/h quasiment jusqu'à Sens-de-Bretagne, au kilomètre 140... 15 minutes d'arrêt cette fois, à cause (grâce à) la crevaison d'un gars, Dédé lui donne un coup de main : j'en profite pour me gaver de pains en chocolat et boire un peu plus.

Le groupe grossit avec des attardés du premier groupe qui veulent rester avec nous.

On reprend les routes du Paris-Brest-Paris. Je reconnais quelques endroits, fréquentés aussi dans d'autres brevets ou tout seul... Tinténiac, Bécherel, St Méen le Grand, patrie de Louison Bobet...

Contrôle à Illifaut : 20 minutes d'arrêt à peine. J'achète un paquet de gâteau Prince de Lu et une bouteille d'Oasis à l'orange, dans une boulangerie/épicerie, histoire de mettre dans mes bidons. J'en donne un peu à Dédé... La moitié du parcours est faite et il est 12h40. Le soleil brille et il fait presque chaud avec le vent qu'on va avoir de dos désormais pour rentrer... Que du bonheur

 

BRM400-02Petit Prince de LU, la diététique de l'effort selon moi... ou "Comment mal s'alimenter pendant un brevet de 400km" =))

 

Je commence à prendre un peu d'assurance avec le vélo, à pouvoir lâcher le guidon pour prendre mon bidon gauche (énorme confort : plus besoin de s'arrêter pour pouvoir et devoir chasser le groupe ensuite, même si le vélo a une pêche formidable).

D'Illifaut, on oblique Sud-Est vers Paimpont, Maure-de-Bretagne, Pipriac...

Dans un bled, à un petit croisement, un abruti en voiture s'arrête et nous coupe la route alors qu'on arrive à 5 mètres, à faible vitesse heureusement. On gueule parce qu'il nous a fait une de ces peurs...

"Priorité à droite, connards !!" nous lance t'il méchamment.

Pfff... Ok, on n'avait pas vu... La prochaine fois, qu'il n'hésite pas à écraser un piéton s'il traverse en dehors des pasages cloutés...

 

Contrôle à Guémené-Penfao et 10 minutes d'arrêt, On est entré sur des routes de Loire-Atlantique que je connais un peu, pas toujours les meilleures ni les mieux fréquentées (en terme de comportement automobile)...

Le tandem de Jean-Claude et Nicole accuse un peu le coup dans les bosses. Nicole a sommeil, me demande de chanter en souvenir des brevets de nuit... Pas trop envie et j'ose pas trop... Tout le monde n'aime pas Sardou ...

C'est là qu'on observe les gros écarts entre les niveau de chacun : les bosses sont révélatrices : certains s'envolent, d'autres sont scotchées mais ça se recolle, ça s'attend...  Notamment 2 gars des Rosiers sur Loire (l'un a fait le Paris-Pékin en vélo, très sympa, à l'accent un peu traînant à la Philippe Manoeuvre), les 2 gars de Beaupréau... On reste avec le tandem...

Dernier contrôle à Belligné et c'est une dame qui nous tamponne nos carnets, elle recevait du monde et était dehors, devant son commerce fermé... Aucun bar d'ouvert à 18h45 ce soir...

Encore 40 kilomètres et c'est fini. J'observe les autres cyclos se relever de leur selle pour se soulager le séant ou déchausser pour essayer de faire circuler un peu le sang dans les pieds ("le feu" au pied, surtout quand la température est élevée : le sang circule mal dans une chaussure de vélo et stagne un peu... Sur mon vélo, c'est au talon que ça me fait mal, dû à la position différente. Il suffit de marcher un peu pour que ça disparaisse).

Je peux m'arrêter faire pipi de temps à autre et chasser ensuite, j'ai la frite : les jambes répondent et le vélo réagit au poil...!!

 

Angers s'approche... Saint Jean de Linière et on est dans la Banlieue...

Heureusement bien guidés par le tandem, nous n'avons pas à chercher notre route et le vélodrome est en vue à 20h40... Sandwich aux rillettes, coca, petite photo souvenir et il faut repartir...Content de ma journée, content du comportement du vélo. Content d'avoir passé une bonne journée en bonne compagnie. Merci aux RCA pour l'organisation de ce brevet, encore une fois.

 

BRM400-03Dédé et moi, photo souvenir de l'arrivée

 

405,9 km au compteur, 15h18 de roulage + 1h20 d'arrêt au total

Moyenne roulante : 26,49 km/h

V. Max à 62km/h (ah oui, c'est sûr, je n'ai plus le low racer..., ouinnn)

Recette diététique :

2 Litres d' {eau+ maltodextrine} + 1,5 litre d'oasis + 1 demi panaché + 0,5 Litre d'eau plate

Pain d'épices dans la voiture +4 pains en chocolat + 1/2 paquet de Prince de LU + 3 petites barres de céréales aux framboises

Repost 0
Published by Bertrand - dans BREVETS
commenter cet article
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 18:55

Ce samedi 30 avril était organisé par le club de Challans (Vendée) un brevet de 300km, qualificatif pour le Paris-Brest-Paris. Deux copains de club s'y sont inscrits. C'est donc avec plaisir que je les ai rejoints.

Voici donc le reportage photo.

 

BRM300-002

Départ de Challans à 6h00 pétantes, aux loupiottes et gilet de sécurité (hum, pas tout à fait pour tout le monde =) ).Puis le jour s'est levé, 8°C au thermomètre : ça va à peu près. Mes 2 copains de club sont là, Dédé et Louis-Marie.

 

BRM300-004

Jean-Pierre et André sont aussi là, l'un avec son VK2 et l'autre avec son engin-carbone-suisse-avec-suspension dont j'ai oublié le nom.

 

BRM300-007

Allez, on profite des grandes lignes droites et roulantes d'Argenton à Thouars pour s'échapper pendant 20 bornes avec mes 2 collègues en Low racer comme moi... Le vent est contre nous mais ça file souvent aux alentours de 35 km/h. Je me dis qu'on est quand même beaucoup moins bien abrité derrière un vélo couché que derrière un vélo droit. Saloperie de Low Racer !! =)

 

BRM300-008

BRM300-010

KM 145 : Contrôle et pause sandwiches, bière, pâtisseries, bière, bière avec mes copains de club retrouvés. 300 bornes avec une approche alimentaire draconnienne =)). Jean-Paul (à côté de moi) est venu se greffer à nous 60 km plus tôt à Mortagne s/Sèvre, comme on passait sur nos terres de bocage Deux-Sévrien...

 

BRM300-013

Grand soleil en repartant de Thouars (on a eu du mal à retrouver la bonne route) mais les toutes petites départementales (qu'on connaît bien) sont vraiment pourries par endroits et ça roule vraiment mal. Le Thouarsais, je déteste... J'ai profité d'une descente pour prendre de l'avance dans la côte suivante et faire la photo.

 

BRM300-016

KM 240 : le temps se gâte au loin. On voit clairement les averses d'orage et on va droit dedans. On n'échappera pas à quelques gouttes d'eau et à la route mouillée mais on évitera le pire. Ouff... A Saint Michel Mt Mercure, on avait réussi à convaincre Jean-Paul de rester avec nous pour finir le brevet... On roule avec un groupe de Challans qui ne me plaît guère : ils roulent irrégulièrment et surtout réaccélèrent trop fort dans les bosses et après les Stop, ce qui fait souffrir inutilement 2 de mes collègues qui sont moins entraînés.

 

BRM300-018

KM 313 au compteur. A l'arrivée, pointage officiel à 20h10 avec le jambon-beurre offert par l'organisation (y'avait aussi du rosé).

De gauche à droite : Louis-Marie, Jean-Paul, Dédé et moi, contents d'être arrivés après avoir tourné en rond dans Challans pour trouver la bonne route (très énervant de devoir faire des bornes inutilement).

Jean-Paul, qui n'avait jamais dépassé 150km (réalisé la semaine d'avant) vient de pulvériser son nouveau record : 245km... La progression est fulgurante !!

Repost 0
Published by Bertrand - dans BREVETS
commenter cet article
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 21:18

Ma première sortie solo de l'année "programmée" ce dimanche 18 avril 2011...

Un 300 bornes, j'espèrais...

Comme d'hab, rien de trop planifié, juste qu'il fallait que je parte contre le vent annoncé, à l'Est, juste qu'il fallait que je me lève de bonne heure... Mettons : réveil à 4h...

 

Je n'ai rien compris à la sonnerie... Bon, ça me fait toujours autant de peine de me lever... 30 minutes pour ça, plus le temps de me préparer à manger : encore du chocolat chaud avec du pain grillé et de la confiture. Pas de pâtes ce matin. J'ai un peu l'impression de prendre ce 300 bornes à la légère. J'ai confiance en ma forme physique actuelle mais quand même...

J'embarque du pain d'épices, 2 barres de céréales, de l'eau dans laquelle j'ai mis un peu de maltodextrine (périmée, je crois)... De la grosse arrache... Et je me penche sur ma carte des Pays-de-Loire, au moins pour savoir vers quelle route je pars. =)

Bon, aller jusqu'à Pouancé (49) par une route que je connais déjà et on verra ensuite...

Départ à 5h40 pour une grosse heure d'obscurité. Ca caille : 2°C au thermomètre de Fay... Je pars avec la lune orangée qui se couche.

Traditionnels problèmes de digestion m'obligeant à une grosse pause technique 20km plus loin...

Peu de monde sur la route. I'm a lonely bentrider in the night.

Le temps passe... Le jour se lève, la nuit pâlit, les chasseurs et les chiens ont faim-aim-aim...

Soleil rouge à l'horizon en direction de la Meilleraye-de-Bretagne...

Et j'ôte des épaisseurs au fur et à mesure...

 

Enfin, 80km plus loin, Pouancé où je succombe à une boulangerie avec un flan et un pain aux raisins !!! Délicieux !!

 

Et je repars en direction de la Mayenne. Le vent d'Est se lève. Je reprends des petites départementales tranquilles mais aux revêtements souvent granuleux et désagréables, puis oblique au sud-est vers Segré, Le lion d'Angers. Les routes du haut-Anjou ne sont pas toujours très bonnes mais le décor y est parfois magnifique : on tombe par hasard sur des châteaux sur une route étroite aux talus verdoyants... (Grez-Neuville, à voir !!) Des parfums de Normandie sous le soleil.

Puis Angers par les routes de la fin du brevet de 200 de la semaine dernière et je me perds un peu dans la ville pour me retrouver grâce à ma carte, mon incroyable sens de l'orientation (et mon portable - GPS =) ), à Bouchemaine où je prends une bonne pause pain d'épices en bord de Maine. Le vent souffle fort maintenant mais je vais l'avoir majoritairement de dos jusqu'à la fin.

Il ne faut pas trop que je traîne, il me reste encore 140-150 km à faire et les côteaux du Layon m'attendent. Je fais des tours et détours dans le vignoble parfois avec de bonnes bosses mais rien d'infranchissable. Tant mieux car mon dérailleur arrière me joue des tours et mes pignons sautent sur mes plus petits braquets. Il va être temps de changer tout ça, ça s'use !!

Les routes deviennent plus roulantes, plus plates et avec le vent de dos, ce n'est pas rare de rouler à plus de 35-40 km/h. Le soleil chauffe et je vois déjà mes épaules et mes jambes avec de gros coups de soleil... Si seulement je n'avais pas oublié ma crême solaire !! Les jambes répondent toujours sans forcer plus que ça.

Les kilomètres s'enchaînent et je rejoins les routes que je connais. les pieds me chauffent et mes tendinites aux tendons d'Achille reviennent. Il me faut faire des pauses pour soulager un peu ça...

Le Pallet, St Sébastien sur Loire, Nantes... La barre du 300 est passée et je fais tous les démarrages à fond à chaque feu. J'ai l'impression de me prendre tous les feux  au rouge... Grisant, les crampes ne viennent pas et je fais mon rigolo, une main derrière la tête, couché sur mon hamac roulant...Ca fait ou marrer ou s'énerver les automobilistes... C'est selon.

La température commence à diminuer un peu. Je suis ivre de fatigue et dans les vap' de l'endorphine...J'arrive chez moi, à Fay, vers 20h00, pas mécontent mais un peu cramé...

 

319 km au compteur, 11h52min de roulage, Vmax à 62km/h seulement... un peu plus de 1500m de dénivelée selon Openrunner, donc assez plat dans l'ensemble..

66 kg en arrivant chez moi alors que j'en faisais 69 ce matin au lever... Hydratation et alimentation à revoir donc...

Et des gros coups de soleil (et une belle marque de lunettes en prime) =).

 

17-04-2011Lien openrunner : http://www.openrunner.com/index.php?id=923053

Repost 0
Published by Bertrand - dans BREVETS
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 18:11

Voici venu le temps des rires et des chants...

 

Non, voici surtout venu le temps des brevets de printemps... Je n'ai toujours pas ma traction directe mais je fais les premiers brevets avec mon vieux cheval tout de blanc aluminium vêtu. Il craque, il gémit, il fait du bruit, mais il est toujours vaillant, tout pendant que son cavalier veut bien appuyer sur ses pédales.

Après le dernier week-end, bien chargé : deux brevets de 200km (qualificatifs pour le paris-Brest-Paris), le samedi à Challans et le dimanche à Angers, je reprends les longues distances en solo, pour m'entraîner, me rassurer après le retard que j'ai pris cet hiver et les journées au boulot assez longues qui m'empêchent de rouler tard le soir.

 

Demain dimanche, j'envisage du 300km avec sérénité, sans doute dans le Maine-et-Loire et retour par les Deux-Sèvres, ou inversement. Juste le fait de me lever très tôt et de rouler tout seul qui me fait de la peine...

 

Photos du brevet d'Angers:

 

Photo-0029Au premier contrôle, à Angers : Photo transmise par Mimi85, du forum vélocouché, en vélo droit pour l'occasion des brevets longue distance (le traître ;-) ).

 

BRM200-RCA

Photo prise par un motard du Club organisateur qui suivait les cyclos...

 

10042011164A l'arrivée, avec Olivier (2ème debout à droite), un ami de Somloire qui a entraîné ses 3 frangins + un collègue à eux de Vihiers  (maillot jaune et vert) + l'organisateur d'Angers Jean-Claude Chabirand (polo rouge)

Moi, je suis en blanc, assis à gauche. =)

Repost 0
Published by Bertrand - dans BREVETS
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 17:56

Bonjour,

 

Pour commencer avec des récits, vous trouverez sur votre droite les pages concernant le brevet de 600 kms Rennes-Brest-Rennes, réalisé en juin 2009...

 

Episode 1/5 - Le préambule

Episode 2/5 - Prise de contact + des crêpes bretonnes

Episode 3/5 - Les petits pépins et les Monts d'Arrée

Episode 4/5 - Brest puis le laborieux retour de nuit

Episode 5/5 - La fin-délivrance

 

011- pont Brest

 

A venir, dans les prochaines publications, le récit fleuri du Bordeaux-Paris 2010, des photos du Rennes-Nogent le Roi -Rennes, le montage d'une roue, la méthode pour broder un napperon en soie à la façon Renaissance...

 

Bises à tous.

Repost 0
Published by Bertrand - dans BREVETS
commenter cet article

Presentation

  • : Le blog de Bertrand
  • Le blog de Bertrand
  • : Récits de vélo couché sur les épreuves longues distances... Des liens vers des photos de vacances, paysages... Quelques astuces pour le montage de roue de vélo...
  • Contact

Le Moi

  • Bertrand
  • Amateur de vélo couché depuis mon premier Paris-Brest-Paris, d'abord en trike puis en 2 roues couché... pour le confort, pour la différence...
  • Amateur de vélo couché depuis mon premier Paris-Brest-Paris, d'abord en trike puis en 2 roues couché... pour le confort, pour la différence...

Recherche

Liens